007. Introspection

Bonjour à tous !

Cette semaine fut particulière, car ce fut la première semaine où nous n’avons pas réfléchi à notre future histoire. Aujourd’hui, je ne vous dirai pas quelle prémisse nous avons choisie ni de quelle couleur seront les yeux de nos personnages respectifs. Nous avons pris du temps pour réfléchir à notre projet et son avenir.

Est-ce que cela veut dire qu’il bas déjà de l’aile ? Par tous les dieux non ! Bien au contraire. Il se concrétise. Et il nous fallait lui dédier du temps pour permettre cela.

Du besoin…

Nous l’avons vu la semaine dernière, nous étions tout feu tout flamme. Et nous avons terminé notre rendez-vous hebdomadaire en notant que nous devions redescendre sur terre, nous fixer un cap et le tenir. Le problème c’est que pour définir des objectifs il nous faut connaitre le besoin.

« Mais pour un projet artistique, il n’y a pas de besoin », nous direz-vous. Le responsable de projet en moi vous renverra donc à la pyramide de Maslow.

Nous sommes ici dans un besoin d’estime et de reconnaissance. Nous ne prévoyons pas de vivre de notre livre, nous ne comptons pas dessus pour nous protéger des dangers de notre environnement ou pour nous intégrer dans un groupe. Nous voulons réussir à publier un roman (accomplissement)… et être reconnus pour cela (estime). Sinon pourquoi vous en parler ? Pourquoi prévoir de le faire lire ?

Cela peut paraitre ridicule comme postulat, mais si nous ne savons pas cela, si nous ne l’assumons pas, nos décisions futures pourraient en être biaisées. Peu importe les raisons que nous donnerons à notre motivation, si nous sommes sincères, elles découleront de ces deux besoins primaires. Nos objectifs devront être en phase avec ; et le savoir nous facilitera grandement leur définition.

Toutefois, c’est trop large pour définir notre cible. Alors quels sont les besoins qui nous motivent ?

  • Le besoin de soutien : L’un comme l’autre n’avons jamais réussi à écrire un roman en entier. Seuls et livrés à nous-mêmes, nous n’avons pas trouvé la force de combattre les doutes, l’ignorance et la confusion. Écrire un premier roman à deux est donc pour nous une véritable chance de trouver et nourrir cette force grâce à l’autre. Nous avons besoin d’un autre.
  • Le besoin d’apprendre : Nous voulons faire de ce projet notre premier échec. Il sera imparfait, il sera maladroit, il sera en dehors de nos univers respectifs, sa publication sera laborieuse et ses ventes, calamiteuses. Mais il sera une source de savoir énorme et une base pour nos écrits futurs. Arriver au bout sera notre premier succès, peu importe le résultat final, car nous avons besoin d’apprendre pour pouvoir réaliser plus tard nos projets individuels d’écriture.
  • Le besoin de partager : nous avons besoin de savoir que nos histoires peuvent faire voyager et émouvoir d’autres que nous. Autrement nous n’avons plus aucune raison d’écrire. Nous ne voulons pas écrire pour nous, mais pour nos lecteurs…
  • Le besoin de se faire (re) connaitre :… et qu’ils en redemandent ! Nous voulons malgré tout proposer un récit qualitatif et poser les jalons qui nous définiront individuellement en tant qu’écrivains. Nous avons besoin de savoir que nos lecteurs ont envie de nous suivre au-delà de cette première expérience.

… naît le voyage

Nous n’ambitionnons donc pas de devenir célèbres grâce à cet ouvrage. Par contre, nous voulons pouvoir en être fiers malgré toutes ses imperfections parce qu’il vous aura donné envie de voyager avec nous plus loin encore. Voici donc notre feuille de route, son cadre et ses limites :

  • C’est une première expérience d’écriture d’un roman. L’erreur est acceptable et nécessaire. Cela ne veut pas dire que nous devons bâcler le travail. Nous devrons proposer un roman aussi qualitatif que possible ; abouti. L’intrigue ne sera peut-être pas d’une originalité exceptionnelle, l’univers sera peut-être un peu simpliste. Mais l’ensemble des éléments devra former un tout cohérent et capable d’accrocher.
  • Nous avons en commun le goût pour les univers fantastiques et les personnages charismatiques. Notre récit sera donc une aventure fantastique, centrée sur deux personnages, humains ou non, adultes ou enfants, hommes ou femmes, amis ou ennemis.
  • Nous ne savons pas de quoi sera fait l’avenir. Notre histoire devra donc se suffire à elle-même, en un seul volume et sans besoin d’une suite.
  • C’est une expérience en binôme. Nous devons être honnêtes, francs, transparents et à l’écoute de l’autre si nous voulons nous assurer de notre réussite pour tous les deux à tous les niveaux. Ce n’est pas du 50 % l’un, 50 % l’autre. C’est du 100 % à deux. Celui qui se relève rattrape celui qui tombe.
  • Nous devons définir des objectifs mesurables et nous appliquer à les respecter ; et cela même si la possibilité de repousser les échéances est toujours possible. Tout ceci n’aboutira que si nous prenons nos objectifs et votre intérêt au sérieux.
  • Nous nous appuierons sur la méthode de John Truby pour construire notre récit et ses différents éléments. En l’appliquant rigoureusement, nous devons acquérir un regard critique sur celle-ci et définir ce qui nous semble pertinent pour chacun de nous.
  • Nous voulons aller au bout de ce défi. Elle doit donc inclure la publication de notre roman. Une publication en autoédition sera un minimum. Nous n’aurons fini qu’une fois notre livre sera présent sur les plateformes de vente. Bien que cela ne soit pas un interdit, nous n’avons pas l’ambition actuelles de rechercher une maison d’édition.
  • Nous devons assurer la communication autour de notre aventure et de notre livre. Nous sommes nouveaux dans le monde des réseaux sociaux. Nous devrons définir des canaux de communications et les animer pour vous permettre de vivre cette aventure avec nous et apprendre à maitriser les outils de communication.

Notre feuille de route

C’est ainsi que nous avons dessiné le contour de notre projet, le soir du lundi 18 janvier 2021. Et avec ce cadre, nous avons également dressé une macro planning. Nous avons positionné ce que nous avons identifié comme étant ses grandes étapes. Il est tout simple, mais il nous permet de savoir où nous allons et pour quand :

  • Fin T1 2021 : Notre prémisse doit être totalement définie.
    • Jan-2021 :
      • Trouver notre prémisse de départ.
      • Définir nos outils de communication.
    • Fév-2021 :
      • Définir « ce qui est possible, les contraintes, le principe directeur, les personnages, le conflit central, la séquence unique de cause à effet, les transformations, le choix moral, la réception du public ».
      • Créer nos plateformes de communication et commencer à les alimenter.
    • Mars-2021 : Finalisation de l’idée.
      • La prémisse finale doit être écrite et l’ensemble de ses paramètres doivent être identifiés.
      • Notre communication doit avoir démarré avant la fin de ce mois.
  • Fin T2 2021 : Structure.
    • Avril-2021 :
      • Initiation de la structure et démarrage de la définition des 7 points clés.
  • Fin T3 2020 : C’est les vacances… Soyons réalistes nous n’avancerons pas beaucoup.
  • Fin T4 2021 : Écriture.
  • Fin T1 2022 : Réécriture et mise en forme.
  • Fin T2 2022 : Préparation et publication.

Notre objectif est donc d’avoir notre livre prêt pour mi-2022 !

Qu’en pensez-vous ? Cela vous semble-t-il cohérent ?

Rendez-vous la semaine prochaine pour voir ensemble si nous sommes déjà en retard !

D’ici là portez-vous bien,

Fantastiquement vôtre,

Les Incapables.
Mardi 19 janvier 2021

1 réflexion sur “007. Introspection”

  1. Ping : 009. Il nous faut un nom ! – Les Incapables Fantastiques

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!
Retour haut de page